La visite

<p class="font_8">Machinalement, elle passa son index sur la joue gauche&nbsp;: il avait encore grossi depuis hier soir, ce bouton d’acné. Il faudrait qu’elle voie ça de près dans sa salle de bain. Elle pensa qu’elle n’avait pas encore eu le temps de s’encrèmer de Nivéa Ado, pour cacher cette nouvelle éruption. Que devait-il penser d’elle son visiteur&nbsp;? Il devait la trouver bien négligée. Et puis, zut, c’était lui qui s’était imposé, sans même le moindre rendez-vous. Comme elle était bien éduquée, elle réprima un bâillement qui aurait eu aussi l’inconvénient de découvrir la dent cassée que son dentiste n’avait pas encore couronnée. Quel enquiquineur (elle était polie, jusque dans ses pensées intimes), oui quel contretemps que ce type, juste au moment où elle devait réviser son bac. Elle n’y comprenait rien à son discours filandreux. Intimidée, son chaste regard ne quittait pas la table. Vous me suivez&nbsp;? Oui, bien sûr&nbsp;! Quand allait-il se décider à s’en aller&nbsp;? Comble de malchance, elle était toute seule dans cet appartement HLM. Ses parents avaient pris une semaine de RTT pour aller camper dans la Creuse. Autrement, elle aurait adressé ce gêneur à son père. C’est dommage que mes parents ne soient pas ici, actuellement&nbsp;; vous auriez pu leur expliquer tout ça. Mon père est secrétaire de mairie. Il a l’habitude… L’homme fit semblant de ne rien entendre et continua son discours. Sa veste faisait bon marché, mais surtout, elle était étriquée comme sa vie à elle, dans ce coin de banlieue.. Ce devait être la première fois qu’il achetait un vêtement sans les conseils de sa mère. Cet acné, c’était vraiment un problème majeur pour elle. Même si ses parents lui affirmaient qu’à leurs yeux, elle restait la plus belle. Bien sûr, elle en avait parlé à son médecin&nbsp;: Ne vous faites pas de soucis mademoiselle&nbsp;; quand vous connaîtrez un garçon, ça vous passera. Mais j’en connais plusieurs&nbsp;: Cédric, Olivier, Yannick... Nous travaillons les maths ensemble une fois par semaine. Le médecin avait souri et lui avait fait comprendre que le verbe «&nbsp;connaître&nbsp;», dans ce sens, impliquait plus que le travail des mathématiques en commun. Depuis, elle rougissait à chaque fois qu’elle repensait à cet entretien. La nuit, dans son lit, ce problème la taraudait&nbsp;: comment perdre cette encombrante virginité&nbsp;? Toutes ses amies étaient déjà passées par-là, certaines depuis déjà longtemps, alors qu’elle… . A part elle, restait-il encore une vierge dans tous les environs&nbsp;? Elle chaussa ses lunettes de myope et à travers les gros verres, considéra son interlocuteur avec une bienveillance qu’elle n’avait pas eu jusqu’à présent. Et… pourquoi pas&nbsp;? Malgré son accoutrement ridicule, il était jeune et même très beau garçon. Son visage surtout, l’attirait&nbsp;: d’une finesse rare, presque féminine. Sa voix était très douce mais également persuasive. Elle eut envie de lui faire plaisir. Seulement&nbsp;? Pour la première fois de sa vie, un courant intense lui traversa tout le corps. Au lieu de prendre le texte et le stylo qui lui étaient tendus, elle se saisit de la main.. Mais le jeune homme la retira vivement&nbsp;: Puisque vous êtes d’accord, veuillez s’il vous plaît parapher ce contrat. Très troublée, elle ne réussit à déchiffrer que les titres en grosses lettres&nbsp;: MARIAGE BLANC, INSEMINATION ARTIFICIELLE… Elle n’y comprenait toujours rien, mais comme prise d’une ivresse d’aventure, sans plus d’hésitation, signa. Son visiteur s’empara immédiatement des trois exemplaires, en échange de sa carte de visite sur laquelle se détachait&nbsp;le mot : GABY. Je ne sais comment vous remercier, Marie. Vous avez là mon adresse internet. Nous vous enverrons bientôt la marche à suivre. Ceci dit, Gabriel mit bas la veste, s’ébroua une seconde, et par la fenêtre ouverte, d’un bond il s’envola l’ange.</p>