La secousse

<p class="font_8">Elle&nbsp;: et si on retapissait le séjour&nbsp;? J’ai vu des papiers peints très chouettes au centre commercial. Lui&nbsp;: tu m’avais dit qu’on en avait fini avec cette maison. Depuis le temps qu’on la retape&nbsp;! Sans compter tout cet argent. Je préférerais changer de voiture. Elle&nbsp;: pour moi, celle-là me suffit largement. Elle roule encore très bien. Lui&nbsp;: aie&nbsp;!&nbsp;!&nbsp;!&nbsp;! Tu pourrais faire attention, tu as pris ce ralentisseur beaucoup trop vite. Tu vas l’achever ce tas de tôles. Elle&nbsp;: ce que tu es nerveux. Relaxe-toi et laisse-moi conduire à ma façon. Lui&nbsp;: je te laisserais faire si tu conduisais correctement. Je ne peux jamais me détendre quand c’est toi qui conduis. Elle&nbsp;: c’est pas possible d’être aussi emmerdant. Il faut toujours que tu jettes ton venin. Tout ça pour une petite secousse. Lui&nbsp;: mon venin&nbsp;? Qu’est-ce tu racontes&nbsp;? Je te demande simplement de ne pas conduire comme un pied. Elle&nbsp;: ah, oui&nbsp;! Je conduis comme un pied&nbsp;? Lui&nbsp;: tant que tu le reconnaîtras pas, tu ne feras pas de progrès. Elle&nbsp;: elle est forte celle-là&nbsp;! Et si on parlait un peu de ta conduite à toi&nbsp;? Lui&nbsp;: moi au moins, je ralentis sur les cassis. Elle&nbsp;: ce n’est pas de cette conduite-là dont je parlais. Lui&nbsp;: ah bon, et de laquelle alors&nbsp;? Elle&nbsp;: de ta conduite avec ta secrétaire&nbsp;! Lui&nbsp;: quoi&nbsp;? Tu ne crois pas que tu mélanges les genres&nbsp;? Elle&nbsp;: pas du tout. C’est ta conduite à toi qui est dangereuse. Dangereuse pour notre couple. Lui&nbsp;: ça va pas, tu as bu&nbsp;! Elle&nbsp;: ah, oui&nbsp;? Henri t’a vu avec cette blondasse au gros cul, l’autre jour. Lui&nbsp;: t’es pas bien&nbsp;! Si tu crois tout ce que raconte ton copain Henri&nbsp;! Elle&nbsp;: merde alors, tu as quand même un sacré culot. J’en veux plus d’un type comme toi&nbsp;!… Lui&nbsp;: et pourquoi je devrais me la supporter, cette bonne femme qui passe son temps à me chercher des poux dans la tête&nbsp;?… Arrête tes conneries, tu veux&nbsp;? Elle&nbsp;: mes conneries&nbsp;? Ca fait dix ans que je supporte les tiennes, j’en ai marre. T’es qu’un pauvre type. Je reprends mes billes et je me casse. Lui&nbsp;: ça tombe bien, tiens&nbsp;! Arrête-toi là devant cette agence immobilière et bazardons la cette baraque.</p>