Les mains d’or

Zut, zut et zut !!! Encore un blocage. Hervé, maudissant l’engin pétaradant, coupe le contact, renverse la tondeuse et recommence pour la onzième fois l’opération (il les a comptées) : enlever l’herbe mouillée qui bloque le rotor. Regardant derrière lui, il constate qu’il a seulement gagné dix mètres. Seulement. Dire que son jardinier lui a claqué entre les doigts sous prétexte d’une angine ! Est-ce à lui de tondre cette fichue pelouse alors qu’il pourrait être en train de soigner des clients ? Ou plutôt des clientes. Masseur-kinésithérapeute. Il a sa plaque rutilante à l’entrée du jardin. Toutes ses clientes sont enchantées de son travail. Ce sont elles qui lui ont donné le surnom de « mains d’or ». Cette réputation a très vite permis à Hervé de se spécialiser. Maintenant, il ne s’occupe plus que de cellulite. De cellulite riche. Sous ses mains miraculeuses, la mauvaise graisse fond comme actions en Bourse en temps de crise. Il repart, poussant l’engin comme Sysiphe son rocher. Jardinier ou pas, ce soir il reçoit Monsieur le Maire et son jardin doit être impeccable.

Ce soir, c’est la pleine lune, un soir où tout peut arriver. Même le permis de construire pour son nouveau cabinet, pense Hervé en souriant.

Encore un bourrage ! Penser à couper le contact. Dire à haute voix : « j’ai coupé le contact », faire basculer l’engin pour la douzième fois, enlever les gros paquets d’herbe humide. Surtout ne pas faire prendre de risque à ses mains d’or. D’ailleurs, il se sert de la gauche : ce serait une moins grande perte. Ca y est : c’est fait ! Paf paf paf, l’engin peine pour effacer les dix prochains mètres de gazon.

Le jour baisse. Ce soir, c’est la pleine lune. Ce soir tout peut arriver. Bientôt ses mains précieuses auront un cabinet à hauteur de leur réputation. Tiens, un papillon qui s’envole devant la tondeuse. Hervé n’en a jamais vu de semblable. Blanc et noir, au lieu de s’enfuir, le lépidoptère se met à virevolter autour du jardinier amateur. Bizarre ! Hervé se rappelle avoir lu qu’à la pleine lune le comportement des êtres vivants pouvait devenir très étrange et que des phénomènes inexpliqués se produisaient parfois. Comme un permis de construire obtenu dans un délai record, pense-t-il en souriant. Puis son esprit s’oriente vers d’anciennes lectures : Edgard Poe a dû écrire de belles choses sur le sujet. Il faudrait le relire ce maître du fantastique. La fatigue commence à se faire sérieusement sentir. Il voudrait en avoir déjà fini avec ce travail idiot.

Treizième arrêt, il bascule la Honda. La main gauche se faufile sous le rotor. Cling ! Cling !! Cling !!! Furieux choc métallique. La machine a eu un spasme. Hervé avait oublié de couper le contact. Abasourdi, il regarde d’abord l’hélice tordue. Puis sa main toute jaune qui, sur le vert du gazon, saigne des gouttes d’or.